TOUTES LES MESSES REPRENNENT

EN PRESENTIEL AUX HEURES HABITUELLES

 DANS TOUTES LES PAROISSES

 

 

Il dormait sur le coussin

 Comme souvent dans les nuits et les tempêtes de nos vies, Jésus semble être le grand absent.
 C'est lui pourtant qui avait dit à ses apôtres, patrons pécheurs de profession "PASSONS SUR L'AUTRE RIVE".  Inconscience ou provocation ?
 Pour l'homme de la bible, la mer est le réceptacle des forces du mal que Dieu seul peut dompter. Un morceau de création inachevée, en quelque sorte.
 Endormi sur son coussin, Jésus se trouve encore bien plus démuni que ses compagnons, puisqu'il semble inconscient du danger. Mais il se réveille comme s'il surgissait de la mort qui allait tous les engloutir. Et le calme revient sur la mer comme dans les cœurs.

 Les forces maléfiques ne peuvent être domptées dans la vie de l'homme que si l'on se confie pleinement à celui qui -seul- peut calmer les tempêtes

 

Abbé F DE CEUSTER

 

Une simple prière
"Survient une violente tempête. Les vagues se jetaient sur la barque, si bien que déjà elle se remplissait d'eau. Lui dormait sur le coussin à l'arrière." Marc chapitre IV
 
Lorsque notre existence vient à traverser la nuit de la tempête, il est parfois nécessaire de replier ses voiles, comme le faisaient les navires d'autrefois !
Il existe une attitude spirituelle adaptée aux « vents contraires de l'existence » avec leur cortège d'embruns.
Se laisser porter par les vagues, ne pas opposer une trop forte résistance au vent et surtout, avoir confiance en Dieu.
Le navire qui veut suivre sa route coûte que coûte dans l’ouragan risque d'être brisé.
Celui, en revanche, qui "met à la cape" qui accepte de "carguer les voiles", de les replier, cela dans l'attente des temps meilleurs arrivera à bon port
 
Abbé Christian TRICOT, votre curé