In memoriam Thérèse Renauld
 
La nouvelle est tombée presque sans nous prévenir : Thérèse est décédée… Cette fois ce n’était pas la Covid, quoique son état de santé se dégradait peu à peu, nous ne nous attendions pas encore à la fin tellement brusque d’une vie exemplaire dédiée à notre Paroisse de Notre-Dame du Rosaire.  Nous avions l’habitude de la rencontrer toujours fidèle á son poste, vers la troisième ou quatrième rangée de chaises du côté que nous appelions, au temps jadis, « le côté de l’Évangile ».  Vraiment elle était toujours là : à côté de l’Évangile, à côté de Dieu, à côté de nous, ses frères et ses sœurs, toujours prête à nous aider, à nous donner un conseil fruit de son expérience, de sa charité et de l’amour de Dieu.
 
Oui, elle va nous manquer.  Mais nous savons qu’elle se trouve maintenant de l’autre côté de cette barrière tellement difficile à comprendre du point de vue humain mais tellement heureux du point de vue de la miséricorde de Dieu. 
Thérèse a consacré sa vie, son intelligence, ses efforts et son amour au service du Rosaire, de ses paroissiens, des enfants qui assureront notre relève, des prêtres qui se sont succédés, et de tous ceux qui pendant des années ont vécu la Foi à son côté. Elle nous accueillait toujours avec son demi-sourire, presque timide, qui disait : « en quoi puis-je vous aider ? »  Car sa vie a été un service aux autres, surtout aux plus démunis, à la catéchèse, au mouvement de la Fraternité, à la décoration de notre belle église, à l’équipe pastorale, sans oublier sa famille qu’elle avait élargie à notre paroisse donc à nous tous, les paroissiens.
 
Il me semble très difficile de résumer une vie telle que celle de Thérèse dans quelques lignes. Je dirais qu’il s’agit presque une mission impossible.  Mais pour nous qui restons encore dans ce monde, il y a une phrase qui peut faire le résumé d’une façon simple : quand nous disons « adieu » á Thérèse ce que nous signifions est « À Dieu ».  Elle est partie près de Dieu pour prier pour nous.
À Dieu, Thérèse ! Merci pour ton exemple.
 
Thérèse avait une grande dévotion à Notre Dame du Rosaire
Un paroissien 

Mais que se passe-t-il à l’Eglise de N.- D. du Rosaire ?

Certains d’entre vous se posent peut-être des questions quant à la nature des travaux en cours dans l’église ND du Rosaire.  Un nouveau secrétariat est en cours de fabrication, intégré le plus discrètement mais aussi le plus efficacement possible, au bâtiment.

Pourquoi donc refaire un secrétariat alors qu’il y en a déjà un en face ?

Maintenir une église ouverte est le signe d’une paroisse vivante, est le signe qu’en franchissant un simple pas de porte, on peut retrouver, ne fut ce que quelques moments, le souffle du Christ vivant en nos cœurs.

Visite d’un monde à un autre, passer en quelques pas du Monde au Royaume, du bruit de la circulation à la vibration silencieuse de ces pierres qui ont accueilli et exaucé tant de prières.

Nos évêques ont souligné à maintes reprises la nécessité d’ouvrir nos lieux de culte, de laisser à tous ceux qui passent la chance de recevoir une petite étincelle de Dieu en rentrant simplement quelques instants dans son église.

 

C’est le sens de ce que nous construisons à
ND du Rosaire : laisser l’église ouverte, le plus possible.

Malheureusement, une église ouverte sans surveillance, c’est aussi la porte ouverte à des dégradations.  Il faut une surveillance….

S’il nous faut ouvrir nos cœurs, et donc notre église, à celui qui passe, il faut aussi éviter que certains ne s’égarent en abîmant notre lieu de culte, causant préjudice injuste à tous ceux qui chérissent ce lieu.

« On n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau » nous dit Jésus dans Mathieu.

On ne construit pas non plus une église pour la laisser fermée …

 Bien sûr nous aurons tous à soutenir notre ami Alain qui a accepté le challenge de trouver dans ce nouveau lieu, cette nouvelle fonction, un sens mais aussi une responsabilité supplémentaire à son action.

Un beau moyen de l’encourager, c’est peut-être d’accueillir notre église ouverte comme la première pierre de quelque chose que nous allons construire résolument tous ensemble.

Lettre adressée à Notre Dame !

Mère Bien-Aimée,
Sur le trajet de l'existence,
Tu nous as précédés.
Tu as travaillé, tu as vécu une existence normale,
Rythmée par le quotidien.
Sur la route, de la foi, de l'Espérance et de l'amour,
Tu nous as précédés.
Tu as accueilli la parole de l'ange dans la confiance,
Tu as répondu à la volonté du Père dans l'Espérance.  
Tu as rejoint Elisabeth dans le service de la charité.
Tu l'as aidée à mettre au monde Jean-Baptiste
Celui qui préparera le chemin de l'Envoyé.
Sur le chemin de la louange,
De l'action de grâce et du remerciement,
Tu nous as précédés.
Ton esprit exulte en Dieu.
Tu es heureuse de le reconnaître comme Sauveur
Tu es témoin des merveilles qu'Il réalise dans son amour.
Tu confesses sa charité comme capable de se souvenir des promesses faites à Abraham.
Sur la voie de la pauvreté, de la contemplation et de la souffrance,
Tu nous as précédés.
Tu as mis au monde le Messie dans la plus grande pauvreté.
Tu retenais tous les événements de la vie de ton Fils et tu les gardais dans ton cœur.
Tu as communié à la souffrance de ton Enfant,
Tu l’as vu mourir et accompagné jusqu'au tombeau,
Tu as veillé deux nuits dans l'attente.
Sur la voie de l'allégresse, de l'effusion de l'Esprit, et de l'Eternité,
Tu nous as précédés.
Tu t'es réjouie pour la gloire et la joie si grande de ton Fils ressuscité.
Tu étais en prière, au milieu des apôtres lorsque la puissance de l'Esprit a recouvert la communauté.
Tu as été témoin de la naissance de l'Eglise et de l'Evangélisation.
Tu es entrée dans la gloire de l'Eternité,
Pour être auprès des hommes leur sœur, leur mère, leur guide.:
Toi qui nous as précédés sur le parcours de la vie et du paradis,
Conduis-nous auprès de ton Fils,
Pour que nous sachions accomplir sa divine volonté et annoncer aux hommes son message de bonheur.
Accepte nos demandes et accorde-nous l’humilité
Pour que nous puissions accueillir les grâces de ton Fils qui vit avec le Père dans la communion de l'Esprit.
Amen

 

Journée Mondiale de la prière pour les vocations 

« Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie ! » Jean 20,21

 

Ce dimanche se célèbre la journée mondiale de prière pour les vocations. C’est ainsi que nous vous proposerons, d’abord une méditation sur le « Bon berger qui appelle ses brebis par leur nom » !  Ensuite deux prières, dont l’une écrite par le Cardinal DANNEELS.

Oui !  Notre vocation de chrétien s’enracine dans celle du Christ : « comme le Père m’a envoyé ». C’est, mandatés par Lui, que nous sommes appelés à témoigner de sa présence.  Cela à travers la prière, (les sacrements), l’annonce de l’évangile (action prophétique) et les œuvres de justice prolongées  par la charité (fonction royale).

Pour nous permettre de vivre ces trois appels, le Seigneur invite certains de manière spécifique. Religieuses, religieux, évêques, prêtres et diacres sont conviés à se donner pour permettre à chaque baptisé de vivre sa vocation de baptisé.  Puisse ce dimanche de prière éveiller l’enthousiasme de nombreux jeunes prêts à consacrer leur vie pour le Christ !  La jeunesse porte en elle les solutions pour construire l’avenir !

MEDITATION

« Moi, je suis le bon pasteur, le vrai berger, qui donne sa vie pour ses brebis. » Jean 10,11
 
Spontanément, nous avons quelques difficultés à accepter la parabole du bon berger.
Nous sentons bien que l’Eglise n’est pas une bergerie et les baptisés des moutons.
Nous savons bien que les prêtres appelés aussi pasteurs restent des hommes pécheurs.
 
Comme le Père me connaît, et que je connais le Père ; et je donne ma vie pour mes brebis Jean 10,14-15
Seigneur et Père, ouvre notre esprit et notre cœur à l’intelligence des Ecritures.
Ainsi nous pourrons découvrir, derrière l’image du berger, l’amour de ton Fils ressuscité.
Il donne sa vie pour réaliser le sauvetage de l’humanité.
 
« Le vrai berger donne sa vie pour ses brebis, il combat le loup et les bêtes sauvages ! »
Seigneur et Père donne-nous l’intelligence pour comprendre les Ecritures !
Ainsi nous percevrons que la Trinité est confrontée à un combat incessant.
Celui d’une lutte contre les forces du mal et du néant.
Oui ! « Jésus donne sa vie pour ses brebis, il livre combat pour protéger l’humanité ».
En Jésus « l’amour pour son troupeau » devient courage et martyre !
 
« Moi je suis le bon pasteur, je connais mes brebis et mes brebis me connaissent, comme le Père me connait et que je connais le Père, et je donne ma vie pour mes brebis. »
En ce dimanche de prière pour les vocations, accorde-nous, Père, de pouvoir recevoir des hommes et femmes suffisamment donnés pour prendre la responsabilité d’un groupe humain, d’une communauté. L’Eglise comme notre société a besoin de personnes qui acceptent, en s’appuyant sur ta grâce, de se consacrer totalement pour révéler le visage de ton amour à l’humanité.
« Il les appelle chacune par son nom, et il les fait sortir. » Jean 10,3
 
AMEN.
Abbé Christian Tricot, votre curé

 

 
Temps de Pâques en chemin vers la Pentecôte !
 
Rencontres par vidéo-conférences sur les évangiles du dimanche :
Le lundi de 20h00 à 21h30.
Les personnes intéressées peuvent se manifester par mail afin de recevoir le lien Zoom.
Pour ce faire contacter This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it. avec la mention :
« Demande de lien zoom pour le groupe biblique. »