Homélie de la messe de la Nativité prononcée par le pape François en la basilique Saint-Pierre le 24 décembre 2020

En cette nuit s’accomplit la grande prophétie d’Isaïe : « Un enfant est né pour nous, un fils nous a été donné » (Is. 9, 5).

Un fils nous a été donné. On entend souvent dire que la joie la plus grande de la vie est la naissance d’un enfant. C’est une chose extraordinaire qui change tout, qui met en mouvement des énergies imprévues et fait surmonter fatigues, gênes et nuits blanches, parce qu’elle porte un bonheur indescriptible face auquel rien ne compte plus. C’est ainsi qu’est Noël : la naissance de Jésus est la nouveauté qui nous permet chaque année de renaître de l’intérieur, de trouver en lui la force d’affronter toute épreuve. Oui, parce que sa naissance est pour nous : pour moi, pour toi, pour chacun. Pour est le mot qui revient en cette sainte nuit : « Un fils est né pour nous » a prophétisé Isaïe ; « Aujourd’hui est né pour nous le Sauveur », avons-nous répété dans le Psaume ; Jésus « s’est donné pour nous » (Tt 2, 14), a proclamé saint Paul ; et l’ange de l’Évangile a annoncé : « Aujourd’hui est né pour vous un Sauveur » (Lc 2, 11).

Mais que veut nous dire ce pour nous ? Que le Fils de Dieu, le béni par nature, vient faire de nous des fils bénis par grâce. Oui, Dieu vient au monde comme fils pour nous rendre fils de Dieu. Quel don merveilleux ! Aujourd’hui Dieu nous émerveille et dit à chacun de nous : “Tu es une merveille”.  Sœur, frère, ne perds pas courage. As-tu la tentation de te sentir fautif ? Dieu te dit : « Non tu es mon fils ! » As-tu la sensation de ne pas y arriver, la crainte d’être inadapté, la peur de ne pas sortir du tunnel de l’épreuve ? Dieu te dit : “Courage, je suis avec toi”. Il ne te le dit pas en paroles, mais en se faisant fils comme toi et pour toi, pour te rappeler le point de départ de toute renaissance : te reconnaitre fils de Dieu, fille de Dieu. C’est cela le cœur indestructible de notre espérance, le noyau incandescent qui soutient l’existence : sous nos qualités et nos défauts, plus forte que les blessures et les échecs du passé, les peurs et les inquiétudes pour l’avenir, il y a cette vérité : nous sommes des fils aimés. Et l’amour de Dieu pour nous ne dépend pas et ne dépendra jamais de nous : c’est un amour gratuit, une pure grâce. Cette nuit, nous a dit saint Paul « la grâce de Dieu s’est manifestée » (Tt 2, 11). Rien n’est plus précieux.

Un fils nous a été donné. Le Père ne nous a pas donné quelque chose, mais son Fils unique lui-même, qui est toute sa joie. Pourtant, si nous regardons l’ingratitude de l’homme envers Dieu et l’injustice envers tant de nos frères, il vient un doute : le Seigneur a-t-il bien fait de tant nous donner ainsi, fait-il bien de nous faire encore confiance ? Ne nous surestime-t-il pas ? Oui, il nous surestime, et il le fait parce qu’il nous aime à en mourir. Il ne réussit pas à ne pas nous aimer. Il est fait ainsi, il est si différent de nous. Il nous aime toujours, mieux que nous réussissons à le faire pour nous-mêmes. C’est son secret pour entrer dans notre cœur. Dieu sait que l’unique façon pour nous sauver, pour nous guérir de l’intérieur, c’est de nous aimer. Il sait que nous nous améliorons seulement en accueillant son amour infatigable, qui ne change pas mais nous change. Seul l’amour de Jésus transforme la vie, guérit les blessures les plus profondes, libère des cercles vicieux de l’insatisfaction, de la colère et de la plainte.

Un fils nous a été donné. Dans la pauvre mangeoire d’une sombre étable il y a vraiment le Fils de Dieu. Surgit une autre question : pourquoi est-il né dans la nuit, sans logement digne, dans la pauvreté et dans le refus, alors qu’il méritait de naitre comme le plus grand roi dans le plus beau des palais ? Pourquoi ? Pour nous faire comprendre jusqu’où il aime notre condition humaine : jusqu’à toucher de son amour concret la pire de nos misères. Le Fils de Dieu est né rejeté pour nous dire que toute personne rejetée est enfant de Dieu. Il est venu au monde comme vient au monde un petit enfant, faible et fragile, pour que nous puissions accueillir avec tendresse nos fragilités. Et découvrir une chose importante : comme à Bethléem, avec nous Dieu aussi aime faire de grandes choses à travers nos pauvretés. Il a mis tout notre salut dans la mangeoire d’une étable et il ne craint pas nos pauvretés : laissons sa miséricorde transformer nos misères !

Voilà ce que veut dire qu’un fils est né pour nous. Mais il y a encore un pour, que l’ange dit aux bergers : « Et voici le signe qui est donné pour vous : vous trouverez un nouveau-né couché dans une mangeoire » (Lc 2, 12). Ce signe, le nouveau-né dans la mangeoire, est aussi pour nous, pour nous orienter dans la vie. A Bethléem, qui signifie “Maison du pain”, Dieu est dans une mangeoire comme pour nous rappeler que, pour vivre, nous avons besoin de lui comme du pain à manger. Nous avons besoin de nous laisser traverser par son amour gratuit, infatigable, concret. Que de fois par contre, affamés de divertissement, de succès et de mondanité, nous nourrissons notre vie d’aliments qui ne rassasient pas et laissent le vide à l’intérieur ! Le Seigneur, par la bouche du prophète Isaïe, déplorait que, alors que le bœuf et l’âne connaissent leur mangeoire, nous, son peuple, nous ne le connaissons pas, lui la source de notre vie (cf. Is 1, 2-3). C’est vrai : insatiables d’avoir, nous nous jetons dans de nombreuses mangeoires de vanité, oubliant la mangeoire de Bethléem. Cette mangeoire, pauvre de tout et riche d’amour, enseigne que la nourriture de la vie est le fait de nous laisser aimer par Dieu et d’aimer les autres. Jésus nous donne l’exemple : Lui, le Verbe de Dieu, est un bébé ; il ne parle pas, mais il offre sa vie. Nous par contre nous parlons beaucoup, mais nous sommes souvent analphabètes de bonté.

Un fils nous a été donné. Celui qui a un petit enfant sait combien il faut d’amour et de patience. Il faut le nourrir, le soigner, le nettoyer, prendre soin de sa fragilité et de ses besoins, souvent difficiles à comprendre. Un enfant fait se sentir aimés, mais enseigne aussi à aimer. Dieu est né petit enfant pour nous pousser à avoir soin des autres. Ses tendres pleurs nous font comprendre combien sont inutiles tant de nos caprices. Son amour désarmé et désarmant nous rappelle que le temps que nous avons ne sert pas à pleurer sur notre sort, mais à consoler les larmes de celui qui souffre. Dieu élit domicile tout près de nous, pauvre et dans le besoin, pour nous dire qu’en servant les pauvres nous l’aimerons lui. A partir de cette nuit, comme l’a écrit une poétesse, « la résidence de Dieu est à côté de la mienne. La décoration est l’amour » (E. Dickinson, Poems, XVII).

Un fils nous a été donné. C’est toi, Jésus, le Fils qui me rend fils. Tu m’aimes comme je suis, non comme je me rêve. En t’embrassant toi, Enfant de la mangeoire, j’embrasse à nouveau ma vie. En t’accueillant toi, Pain de vie, moi aussi je veux donner ma vie. Toi qui me sauve, enseigne-moi à servir. Toi qui ne me laisse pas seul, aide-moi à consoler tes frères, parce qu’à partir de cette nuit ils sont tous mes frères.

Pape François,

24 décembre 2020

 

Célébration de la Parole et signature de la lettre sur la crèche – médiation du Pape François

 

 Combien de pensées se bousculent dans l’esprit en ce lieu saint! 

Et pourtant, devant la roche de ces montagnes si chères à saint François, ce que nous sommes appelés à accomplir, est avant tout de redécouvrir la simplicité.
La crèche, que Saint François a réalisée pour la première fois précisément dans ce petit espace, en imitant la grotte étroite de Bethléem, parle d’elle-même.
Ici, il n’est pas nécessaire de multiplier les paroles, parce que la scène qui est placée sous nos yeux exprime la sagesse dont nous avons besoin pour saisir l’essentiel.
Devant la crèche, nous découvrons combien il est important pour notre vie, si souvent frénétique, de trouver des moments de silence et de prière.
Le silence, pour contempler la beauté du visage de Jésus enfant, le Fils de Dieu né dans la pauvreté d’une étable. La prière, pour exprimer le «merci» émerveillé devant cet immense don d’amour qui nous est fait.
Dans ce signe, simple et admirable, de la crèche que la piété populaire a accueilli et transmis de génération en génération, se manifeste le grand mystère de notre foi: Dieu nous aime au point de partager notre humanité et notre vie. Il ne nous laisse jamais seuls; il nous accompagne par sa présence cachée, mais pas invisible. Dans toutes les circonstances, dans la joie comme dans la douleur, il est l’Emmanuel, Dieu avec nous.
Comme les bergers de Bethléem, accueillons l’invitation à aller à la grotte, pour voir et reconnaître le signe que Dieu nous a donné. Alors, notre cœur sera plein de joie et nous pourrons l’apporter là où il y a de la tristesse; il sera rempli d’espérance, à partager avec ceux qui l’ont perdue.
Mettons-nous à la place de Marie, qui a déposé son Fils dans la crèche, car il n’y avait pas de place dans une maison. Avec elle et avec saint Joseph, son mari, nous gardons le regard tourné vers l’Enfant Jésus. Que son sourire, qui a éclaté dans la nuit, disperse l’indifférence et ouvre les cœurs à la joie de ceux qui se sentent aimés du Père qui est dans les cieux.

 

Du site Vatican News

Le Pape met en valeur la crèche comme un signe d’espérance

Au terme de la prière de l’Angélus, dans le deuxième dimanche de l’Avent, le Pape François s’est adressé aux fidèles présents sur la Place Saint-Pierre en soulignant l’importance des traditions de Noël pour surmonter la crise actuelle.

Le Pape a rappelé que l’arbre de Noël a été dressé sur la Place Saint-Pierre et que la crèche est en cours d’installation ; il a invité les familles à faire de même dans leurs foyers. «Ces jours-ci, aussi dans de nombreuses maisons sont préparés ces deux signes de Noël, pour la joie des enfants, et aussi des grands!», a souligné François.

«Ce sont des signes d’espérance, spécialement dans ce temps difficile. Faisons en sorte de ne pas nous arrêter au signe, mais d’aller vers la signification, c’est-à-dire vers Jésus: vers l’amour de Dieu qu’Il nous a révélé, aller vers la bonté infinie qu’Il a fait resplendir sur le monde. Il n’y a pas de pandémie, il n’y a pas de crise qui puisse éteindre cette lumière. Laissons-la entrer dans notre cœur, tendons la main à celui qui en a le plus besoin, ainsi Dieu naîtra à nouveau en nous et au milieu de nous», a lancé le Pape.

L’attachement du Pape François à la crèche

Toujours très attaché aux dévotions populaires, le Pape François s’était rendu le 1er décembre 2019 à Greccio, le lieu connu pour avoir abrité la première représentation de la crèche, sous l’inspiration de saint François d’Assise. Il avait signé l’exhortation apostolique « Admirabile signum », une lettre apostolique sur la signification et la valeur de la crèche.

«La crèche, en effet, est comme un Évangile vivant, qui découle des pages de la Sainte Écriture», écrit François dans ce texte. Selon lui, en contemplant la scène de Noël, «nous sommes invités à nous mettre spirituellement en chemin, attirés par l'humilité de Celui qui s'est fait homme pour rencontrer chaque homme. Et nous découvrons qu'Il nous aime jusqu’au point de s’unir à nous, pour que nous aussi nous puissions nous unir à Lui».

Pastorale des jeunes

« Chers jeunes,

Vos cadeaux ont bien été reçus par Adriana et Geneviève qui vont les remettre aux prisonniers.

Voici une photo avec leur remerciement.   Votre action s’inscrit dans l’action de la « Flamme de Bethléem ».  Un grand merci et Bonnes fêtes de Noël »

La diffusion de la « Flamme de Bethléem » liée à toute une série de propositions d’actions pour les jeunes, voilà un projet qui tombe à pic pour vivre ce temps de Noël dans l’Espérance et tenter de répandre Paix et Joie en ce temps de confinement et dans nos confinements intérieurs. 

Pour propager la flamme et illuminer la Belgique, rendez-vous sur le site https://church4you.be ou dans vos églises respectives.

Tous les jouets apportés par les enfants ont été déposés au local de la banque alimentaire de 
«  l’Entraide Boetendael-Alliance » Rue du Coq. Ils feront la joie des enfants des familles démunies de notre commune.  MERCI aux enfants de ce partage de Noël.

L’urgence d’agir

Tant qu’il y aura une douleur à partager dans le monde, vous serez là, compagnon de la nuit et du doute, de la veille et des larmes.  L’aurore se lèvera pour les autres ; pour vous, elle sera encore prématurée tant qu’il y aura un enfant plongé dans le coma, et des parents effondrés pour qui le temps s’est arrêté au chevet d’un être déjà absent.  Vous serez toujours cette femme sans âge, les yeux dévorés de pleurs au carrefour de toutes les passions, prête à toute compassion.  Pour vous, il pleut sur la route du soleil, et vous êtes cet aveugle que les voitures éclaboussent au trottoir.

Le chemin du bonheur, il faut le traverser bien vite, au risque d’être renversé par les fous de la vie, vous qui n’avez de regard que pour le mourant négligé sur la chaussée, de l’autre côté de la voie qui mène de Jérusalem à Jéricho.  Et si l’on vous demande la raison de l’espérance qui vous presse à agir de la sorte, vous prenez l’enfant mort qu’on descend de la croix et vous lui ouvrez le tombeau de vos bras, pour que là, tout contre votre sein, il repose et s’éveille et revive en vos entrailles.

Bx Christian de Chergé, O.C.S.O