Carême de partage 2021 : collecte des 13-14 et 27-28 mars

careme de partage 2021Il y a 60 ans, les évêques de Belgique lancèrent l’appel ‘’Entraide et Fraternité’’ afin de venir en aide aux victimes de la faim de la province du Kasaï au Congo. Depuis, ‘’Entraide et Fraternité’’ (E&F) est devenu le nom de l’ONG catholique chargée des Carêmes de Partage. Cherchant à contribuer à ce que ‘’la Terre tourne plus juste’’, l’E&F s’associe, depuis 1974, à des partenaires locaux afin d’apporter un soutien direct et concret aux populations défavorisées.  

Pour la campagne 2021, E&F se tient aux côtés de partenaires de l’Est de la République démocratique du Congo (RDC) pour la mise en œuvre d’une agriculture familiale et agroécologique, seule à même de régénérer les écosystèmes, de protéger les droits des paysans et de contribuer à la souveraineté alimentaire du pays.

Ces partenaires bénéficieront solidairement de l’argent récolté dans nos paroisses lors des collectes des 13-14 mars et 27-28 mars. En soutenant cette initiative, nous apportons notre part à la ‘’conversion écologique et sociale’’ à laquelle nous invite le pape François. 

Cette année toutefois, E&F inscrit son action dans une perspective plus large en ralliant l’appel à l’annulation de la dette des pays du Sud lancé par des organisations catholiques de l’hémisphère nord.  

Ancré dans la tradition des croyants depuis le Jubilé biblique (cf. Lévitique 25) et réaffirmé dans Gaudium et Spes, l’appel à annuler la dette des pays pauvres est relancé par le pape François dans l’encyclique Fratelli Tutti. Il y dénonce l’entrave qu’exerce le poids de la dette extérieure ‘’sur le droit fondamental des peuples à leur subsistance’’. Souvent injustes, car contractées par des pouvoirs en place peu soucieux de l’intérêt de leurs populations, certaines dettes n’en sont pas moins légitimes.

Doivent-elles être honorées pour autant ? ‘’Restant ferme sur le principe selon lequel toute dette légitimement contractée est à payer, la manière dont de nombreux pays pauvres l’honorent envers les pays riches ne doit pas en arriver à compromettre leur survie et leur croissance.’’  
 
Adoptant des stratégies économiques tournées vers l’exportation et axées sur l’exploitation à outrance de leurs ressources naturelles, la plupart des pays endettés consacrent les revenus ainsi générés au remboursement du service de la dette, et ce au détriment des besoins essentiels de leur peuple. 
 
Sans négliger les lacunes en matière de bonne gouvernance, il est difficilement acceptable qu’un pays comme la RDC consacre chaque année plus d’argent à rembourser sa dette qu’à l’éducation et la santé réunies.  
 
Aide ciblée et concrète sur le terrain et annulation de la dette extérieure sont deux démarches complémentaires afin que ‘’la Terre tourne plus juste’’.  Pour plus d’informations, voir le site www.entraide.be.  
 
Des versements peuvent être effectués sur le compte : IBAN BE68 0000 0000 3434. 
Bon Carême de partage. 

Awesome Social Links Sidebar