Message de Monseigneur Kockerols reçu le 10 février 2021
Par un long chemin vers Toi. Au seuil du Carême.
22Chers amis,
Dans quelques jours, l’Eglise entrera en Carême. L’an passé, nous entrions pour la première fois en confinement alors que nous nous préparions à Pâques. Pour beaucoup d’entre nous, l’impression est grande que ce Carême ne s’est jamais achevé. A nouveau confinés, dans un contexte si exigeant et même en veillant à notre équilibre humain et spirituel, il nous arrive de faire au quotidien l’expérience du dépit, de la colère, de la tristesse, voire du découragement. Pourtant, les paroles de S. Paul nous mettent au défi : « Nous mettons notre orgueil dans nos détresses, sachant que la détresse produit la persévérance, la persévérance la fidélité éprouvée, la fidélité éprouvée l’espérance ; et l’espérance ne trompe pas, car l’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par l’Esprit Saint qui nous a été donné. » (Rm 5, 3-5). Oui, telle est notre espérance : ce qui nous advient n’a pas et n’aura pas le dernier mot sur le sens même de notre existence, sur sa fécondité. Mais se laisser habiter par cette espérance requiert une véritable conversion, à faire nôtre chaque jour.
Dans la communion de l’Eglise, nous allons prendre le chemin de cette conversion en entrant en Carême. Nous aurons à en témoigner, non seulement pour et avec le Peuple de Dieu, mais aussi pour et avec tous nos sœurs et frères en humanité. Quelle joie et quelle force de savoir que ce long chemin vers Pâques est entamé en Eglise, ensemble ! Ceux qui, ayant reconnu la voie à suivre, marchent devant nous, donnent envie de les suivre. En ces temps inédits, je voudrais vous encourager à beaucoup d’engagement et de créativité, pour ne pas perdre leurs traces…
C’est le Seigneur qui nous offre ce temps de grâce, pour que nous retrouvions une pureté du cœur. Il veut que nous nous libérions de nos égoïsmes, afin qu’en travaillant à ce monde qui passe, nous nous attachions surtout aux choses qui ne passent pas (cf. la prière de la 2ème Préface du Carême).
« Aujourd’hui, écouterez-vous sa Parole ? Ne fermez pas votre cœur… » (Ps 94). La Parole de Dieu nous accompagnera et nous interpellera. Le jeûne, la prière, le partage seront les balises du chemin qu’il nous faut encore une fois dénicher sur des terres parfois hostiles. Caminante, no hay camino : se hace el camino al andar ! (A. Machado). Pèlerin, le chemin n’existe pas : le chemin se fait en marchant !
Le Centre Pastoral de Bruxelles a élaboré quelques propositions pour vous y aider. Il suffit de cliquer ICI. Notez en particulier la SEPAC et le projet d’une chorale virtuelle pour tout le Vicariat. Cela complètera ce qui sera proposé dans votre Unité pastorale ou votre communauté.
Chers amis, votre courage et votre confiance m’épatent, votre foi interpelle la mienne.
Bonne marche vers Pâques !
En profonde communion, en Christ, bien fraternellement,
+Jean Kockerols
La Chandeleur
 
Le 2 février, au cœur de l'hiver, l'Église célèbrera la présentation de Jésus au Temple : la Chandeleur.  Ce mot "Chandeleur" en rappelle un autre, "chandelle" et évoque la lumière.
La fête de la Chandeleur, c'est en effet la fête de la lumière car le vieux Siméon, au Temple, reconnaît en Jésus, ce petit bébé qu'il prend dans ses bras, la lumière qui éclaire le monde et annonce le salut aux hommes !
Conçu par les religieux dominicains, le site « Théobule » est une mine de ressources pour l’éveil à la foi, le partage de la parole et de l’Évangile le dimanche ou la prière en famille
Pour la fête de la chandeleur,  « Théobule » propose une vidéo et une fiche qui les accompagne grâce auxquelles les enfants vont partager la joie de Syméon et apprendre une belle prière pour le soir !
Si vous souhaitez restés informés des thèmes proposés et vivre les temps forts de l'année avec Théobule, rendez-vous sur le site pour vous inscrire ! S'inscrire (theobule.org)
Fonds des animateurs pastoraux
 
L’Eglise n’est pas une île.
L’Eglise ne peut rester à distance des grands défis de la cité. D’une façon ou d’une autre, ceux-ci rejaillissent d’ailleurs sur ce qu’elle essaye de vivre et d’annoncer. L’Eglise ne sera jamais une île : elle veut, avec tant d’autres, construire des ponts et ouvrir des fenêtres. La foi qui habite les croyants est certes une conviction personnelle, mais ne sera jamais une affaire privée. Si nos regards sont tournés vers le ciel, nos pieds doivent rester bien enracinés dans nos réalités terrestres. Et oui, vraiment, au-delà des préjugés ou des généralisations, à y regarder de plus près, l’Eglise à Bruxelles est bien vivante. On ne peut que s’en réjouir et s’en émerveiller !
Mgr Jean Kockerols,
évêque auxiliaire pour Bruxelles,
extrait de sa lettre pastorale d’Avent 2016
 
Que finance le Fonds Pastoral ?
A Bruxelles, ils sont plus d’une centaine à incarner le visage de l’Eglise. Animateurs pastoraux, aumôniers en hôpital ou encore assistants paroissiaux représentent la présence discrète mais efficace d’une Eglise au service de la ville et de ses habitants. Hommes et femmes, laïcs, consacrés ou non, francophones, néerlandophones ou issus d’autres communautés, ils représentent une somme de mains tendues et de cœurs ouverts, présents à chaque étape de la vie. Et dans des domaines aussi variés que l’animation catéchétique ou liturgique, l’accompagnement ou l’entraide.
 
Envoyés pour servir
Formées et accompagnées par l’Eglise, ces personnes se sont engagées à annoncer l’Evangile et à le rendre palpable dans la cité. Que ce soit auprès d’initiatives locales comme au sein de services pour l’ensemble de la ville. Toutes ont reçu le bagage nécessaire à l’exercice de leur mission que leur a confiée notre évêque.
 
Une variété de profils
S’il existe une grande variété dans les profils d’animateurs en pastorale, il existe également une grande diversité dans le traitement salarial qui leur est réservé. Selon leurs statuts, certains sont rémunérés par le Ministère de la Justice, d’autres grâce au Fonds pastoral. C’est grâce à ce dernier, alimenté par vos dons, que l’Eglise peut continuer d’être présente au sein des quartiers, des écoles, des unités pastorales, des hôpitaux, des prisons…
Comment apporter votre pierre à l’édifice via le Fonds Pastoral ?
 
-        Par virement sur le compte :
Fonds Pastoral pour Bruxelles
IBAN : BE46230071636136
BIC : GEBABEBB
Communication : Fonds Pastoral pour Bruxelles 2021
  • Par un legs ou un autre moyen
Les versements personnels et les ordres permanents sont les bienvenus tout au long de l’année.
Merci pour votre engagement en faveur des témoins de l’espérance à Bruxelles !

 

Semaine de prière pour l'unité des Chrétiens

Ce thème de la Semaine de prière 2021 est une grande joie et une grande chance. Il nous fait entrer dans notre véritable lieu de vie. Il invite à habiter nos existences et le monde avec Jésus et de son point de vue. À l’image d’une agence immobilière, les Églises ont la mission d’aider chacun à trouver sa façon bien à lui de demeurer avec Jésus. Hôte du Seigneur, nous pratiquons l’hospitalité. Nous visitons les demeures des autres chrétiens pour enrichir les nôtres et accueillir les autres, particulièrement les blessés de la vie.

Chaque année, fin janvier, a lieu la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens. Elle est préparée pour 2021 par la Communauté de Grandchamp en Suisse sur le thème « Demeurez dans mon amour » ( Jn 15,9). Le feuillet de prière (voir lien ci dessous) reprend et commente verset par verset le texte de l’Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean, pour chaque jour, du 18 au 25 janvier 2021. Les textes ont été élaborés à partir des documents o/ciels de la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens 2021 proposés par le Conseil pontifical et le Conseil œcuménique des Églises

Pour télécharger le feuillet : TELECHARGEMENT

Campagne Iles de Paix

La prochaine campagne d’Iles de Paix se déroulera les 15, 16 et 17 janvier au profit de projets de développement que l’ONG mène auprès de milliers de familles d’agriculteurs en Afrique et en Amérique du Sud.  L’argent récolté au cours de cette 51ème campagne financera de nombreux programmes en matière d’agriculture familiale durable au Bénin, au Burkina Faso, en Ouganda, au Pérou et en Tanzanie.  En Belgique, des milliers d’élèves de l’école primaire et secondaire seront sensibilisés à la solidarité mondiale.

L’objectif des programmes d’Iles de Paix est de diffuser des techniques simples, peu coûteuses, facilement reproductibles et respectueuses de l’environnement. L’ONG belge accompagne donc plus de 300 000 agriculteurs pour qu’ils puissent mieux nourrir leur famille et améliorer leurs conditions de vie.

La crise sanitaire rend l’organisation de cette campagne exceptionnelle. Iles de Paix compte sur chacun de vous pour que sa 51e campagne annuelle soit couronnée de succès!

Il vous est possible d’acquérir des modules (6,- €), bracelets d’amitié (6.-€), bons à planter (6.-€), sac en coton réutilisables (10.- €) ou des films alimentaires bio (10.- €) en achetant en ligne via https:/shop.iles de paix.org

www.ilesdepaix.org/campagne2021/

Pour faire un don : compte BE97 0000 0000 4949 – déduction fiscale dès 40 € par an.