hp
 
Cliquez sur le haut parleur
et partagez avec l’abbé Christian TRICOT sa méditation sur « Fratelli Tutti ! »
« Ce sera, ici, de demander la grâce d'éprouver intensément allégresse et joie de la si grande gloire et joie du Christ notre Seigneur. »
Ignace de Loyola, Livre des Exercices, n°221
Au moment où ces lignes sont rédigées le moral de beaucoup -jeunes, vieux, travailleurs-  se situe au plus bas.  Et on peut le comprendre…  Plus d’un an passé à lutter contre un adversaire que nous ne pouvons pas vraiment identifier mais dont les ravages sont incalculables.  Raison pour laquelle, nous nous sommes mis à interroger l’Ecriture, afin d’y découvrir comment des hommes avant nous, traversant des situations périlleuses, ont pu trouver réconfort.
 
C’est ainsi que notre attention s’est d’abord arrêtée sur le chapitre trois du livre de Daniel.  Cet épisode où le roi Nabuchodonosor enferma trois enfants dans une fournaise.  Ces derniers refusaient d’adorer sa statue façonnée dans l’or.
C’est aux prises avec les flammes, que de manière étonnante, s’adressant à Dieu, ceux-ci lui ont exprimé une prière de louange !
« Béni sois-tu, Seigneur, Dieu de nos pères, loué sois-tu, glorifié soit ton nom pour les siècles !
Daniel 3,26
 
Au-delà des faits rapportés dans ce livre, l’écrivain sacré veut, déjà avant la résurrection du Christ, proposer un message d’Espérance.  Même dans la pire des situations, la louange adressée à Dieu se transforme en prodige : soit guérisons, libération, sauvetage et salut ! A la fin du récit, les trois enfants seront sauvés des flammes par un mystérieux être de lumière !
 
Dans la même direction, les psaumes livrent le même message et l’apôtre Paul s’exprimera en ces termes :
Ne soyez inquiets de rien, mais, en toute circonstance, priez et suppliez, tout en rendant grâce, pour faire connaître à Dieu vos demandes. Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu’on peut concevoir, gardera vos cœurs et vos pensées dans le Christ Jésus »
Philippiens 4,6-7
Deux mille ans après, nos contemporains en nos universités, éclairés par les recherches sur la psychologie positive, nous invitent à réaliser sur nous-mêmes un travail consistant à cultiver l’optimisme.  N’y aurait-il pas un lien entre ce dernier et la louange ?
Sûrement, mais allons plus loin !  La Résurrection du Christ, accueillie telle une grâce, nous permettra de communier à sa joie, à son allégresse et à sa gloire.  Ainsi, aujourd’hui encore, sous les gravats des soucis et des malheurs, nous serons à même de mettre à jour des perles de bonheur !  
Courage, demandons à Dieu sa grâce, soyons positifs et gardons l’Espérance !
 
Avec les abbés Liévin Ndunge et François-Xavier MARA
Abbé Christian TRICOT, votre curé

Awesome Social Links Sidebar