Les épreuves vécues par nos sociétés deviennent le creuset de la solidarité !
 
 
« Nous sommes excédés ! »
« Nous nous sentons fatigués ! »
« Et pourtant ! Ce n’est pas encore fini ! »
Au moment où nous « risquons » ces quelques lignes, les médias nous relatent le cas d’une mère de famille, revenant de vacances aux sports d’hiver - qui, bien qu’ayant réalisé les tests demandés- a plongé une population de 5000 personnes en quarantaine.  Elle avait contracté, ainsi que ses enfants, la souche mutante très contagieuse du coronavirus.  Des deux écoles de ses enfants, en passant par les lieux de rencontres, le virus avait opéré son travail de sape.
Ainsi, ce type d’information peut – en cette nuit d’hiver – susciter en nous de la colère, de la révolte, de l’exaspération et de la fatigue.  D’autant plus que nous sommes encore loin d’avoir atteint le bout du tunnel même si nous en percevons la lumière.
Si ces éléments contiennent des aspects négatifs, nous pouvons être témoins, au quotidien, de choses merveilleuses.  Nous assistons à des éclats de solidarité.  Ainsi, la souffrance à laquelle nous communions tous, rend chaque jour, l’humanité un peu meilleure.  Dans les transports en commun, dans les magasins, dans les rues, nous sommes témoins de gestes de bienveillance et de compassion à l’égard des personnes âgées ou handicapées.  Les peines engendrées par cette pandémie, développent chez beaucoup, attention et compréhension.  Si à Noël, le monde devient un peu meilleur, en situation de souffrance, nous sommes entraînés par plus de compassion.
Cette découverte est une invitation à nous centrer sur l’Espérance et la Persévérance !
La première, nous fait entrevoir la victoire du Christ ressuscité, tel l’horizon de nos vies et la seconde nous invite à nous engager concrètement au quotidien.  Ces deux vertus ont ceci de commun : s’appuyer toutes deux sur la grâce de Dieu.  Sans son aide, notre espérance et notre persévérance, ne pourront que balbutier. 
En cette nuit d’hiver, puissions-nous, dans la prière fervente, demander au Seigneur la grâce de son Espérance et de sa Persévérance, ainsi dans la foi, nous verrons « que la nuit comme le jour est lumière ».
Courage ! On va y arriver !
Prenez soin de vous et de vos proches !
Avec les abbés Liévin et François Xavier
Abbé Christian TRICOT, votre curé
L'édito du 17 janvier
 
 
Chères Amies,
Chers Amis,
 
Au moment où ces lignes sont rédigées, il nous est annoncé que plus de 150 personnes nous ont rejoints au cours de la célébration de ce dernier dimanche.  Cela constitue un solide encouragement donné à l’équipe qui met en ligne ces événements.  Cette indication et les nombreux témoignages reçus par courriels, nous invitent à poursuivre dans cette voie.  Les quinze célébrations eucharistiques proposées pendant la semaine, permettent de rester dans les protocoles demandés (notamment 15 personnes maximum).
 
Autre motif d’optimisme : le nombre des décès diminue, ainsi que les hospitalisations.  Avec l’expérience engrangée depuis des mois, la médecine offre maintenant de meilleurs traitements aux personnes atteintes de la Covid 19 ; Mais surtout, le début de la vaccination dissipe, d’une lumière réconfortante, le brouillard de nos hivers remplis de deuil et de souffrances.
 
La pandémie nous a montré jusqu’à ce jour l’importance des structures de proximité, telles les communautés chrétiennes qui, « présentes sur le terrain », offrent un signe de rapprochement à taille humaine propice à la relation.
 
Néanmoins, la situation reste fort préoccupante.  Les mouvements dus aux départs en vacances alliés aux imprudences des derniers réveillons et fêtes, ont fait augmenter d’un tiers le nombre de contaminations (2000 par jour).  Selon les spécialistes, si nous ne redoublons pas de prudence, nous offrirons un terreau propice à la résurgence d’une troisième vague (renforcée par la mutation du virus venant de l’Angleterre).
 
Plus que jamais, nous sommes appelés à limiter nos contacts et nos déplacements au strict nécessaire.  Raison pour laquelle nous maintenons les célébrations du dimanche dans le mode « streaming ».  Ce renoncement douloureux constitue la pierre précieuse offerte pour réaliser l’édifice de la victoire qui nous sera accordée.
 
Puissions-nous trouver le réconfort dans la prière personnelle et en famille.  Si nos eucharisties nous manquent, puissions-nous transformer cette souffrance en énergie de solidarité.  Nous approchons de la sortie de l’épidémie, courage !
Prenez soin de vous et de vos proches !
 
Avec les abbés Liévin et François Xavier
Abbé Christian TRICOT, votre curé

« Face à la roche, le ruisseau l'emporte toujours, non pas par la force, mais par la persévérance.

Jackson Brown
Artiste, écrivain (1940 - )

Chère Amie, Cher Ami,

Le témoignage des grottes creusées dans la roche, des falaises sculptées dans le calcaire et des rives érodées par les millénaires, nous dit quelque chose de la force de la persévérance.  Au moment où nous écrivons ces lignes notre pays, avec l’Europe, vient de débuter sa campagne de vaccination.  L’année passée, à la même période, s’annonçait ce qui allait ébranler le monde pendant de nombreux mois.  Hier s’annonçait et se vivait la catastrophe de l’épidémie, aujourd’hui se dit un espoir de guérison : fruit de notre travail, de notre prière et de notre persévérance.  Puissions-nous demander au Seigneur, pour nous-mêmes et pour les autres, la grâce de la patience, la douce tranquillité de l’eau qui, avec le concours du temps, réalise des œuvres gigantesques.

C’est de notre persévérance que va naître la victoire. Courage !

Bonne fête du baptême du Christ !
Prenez soin de vous et de vos proches !
Avec les abbés Liévin et François Xavier
Abbé Christian TRICOT, votre curé
Confiance - Espérance et Solidarité  Trois mots clés pour l’année 2021
Chère Amie,
Cher Ami,
 
Confiance
Vivre 2021 dans un climat de sérénité sera possible, si nous découvrons que nous ne sommes pas seuls dans l’épreuve. En Matthieu 27, le Seigneur ressuscité dit : « Moi je suis avec vous, tous les jours jusqu’à la fin des temps ! » C’est le ressuscité, présent à nos côtés qui va nous conduire vers la victoire !
 
Espérance
L’espérance consiste à découvrir que – devant nous – au-delà des problèmes, des difficultés et des souffrances se manifeste la personne du Christ ressuscité qui tient les clés de l’Histoire. Ainsi chaque difficulté à laquelle nous sommes exposés se trouve éclairée, dans un au-delà de celle-ci par la victoire du Ressuscité.
Ainsi, l’Espérance devient aussi une mémoire qui nous projette vers un avenir. Dont les victoires du passé, nous apportent un signe.
Nous pouvons nous rappeler par exemple, les grandes épidémies qui ont précédé le XVème siècle. Et celles-ci ont pourtant débouché sur la Renaissance survenue en Europe.
 
Solidarité
Au cœur du combat que nous sommes appelés à mener en cette année 2021, se profile devant nous, le signe de la victoire du Christ dont découle l’amour à vivre à l’égard du prochain. En cette période de pandémie, le mot « solidarité » se conjugue avec « fraternité responsable » !
 
Concrètement
C’est un appel à s’oublier pour que l’autre vive !
C’est un appel à restreindre ses mouvements à l’étranger et ses vacances !
C’est un appel à éviter les déplacements et contacts non essentiels !
C’est un appel à accepter la vaccination !
C’est un appel à renoncer à nos grands rassemblements eucharistiques par esprit de civisme et d’honneur : accepter de s’oublier pour que l’autre vive et que la pandémie recule !
 
Après l’hiver le plus dur, il n’y a pas l’hiver, mais toujours le printemps et son concert de lumière !
Courage, à l’instar de nos anciens, nous aurons le courage de nous oublier pour permettre aux autres de construire l’avenir !
 
Bonne fête et courage ! Prenez soin de vous et de vos proches !
 
Prenez bien soin de vous et des autres !
 
 
Avec les abbés Liévin et François Xavier
Abbé Christian TRICOT, votre curé

OMBRES ET LUMIERES !

 

 

OMBRES !

Au moment où nous rédigeons ces lignes, se concrétise le malheureux scénario d’un Brexit dur sans négociations entre l’Europe et l’Angleterre. 
A cela, s’ajoute une autre préoccupation : les îles britanniques se voient menacées par une nouvelle vague de la pandémie.
Et de notre côté, en Belgique, le chiffre des contaminations est en augmentation, le nombre de décès, par jour, ne diminue que trop peu mais
heureusement le nombre d’hospitalisations n’augmente plus.
 
LUMIERES !
L’agence européenne des médicaments donne son feu vert pour la vaccination.  Et ce jour quatre maisons de repos de notre pays vont pouvoir accueillir le vaccin. 
Aux USA, le futur président Jo Biden vient de recevoir une injection du produit. C’est une autre manière courageuse pour lui d’inviter les peuples à la confiance ! 
Au sein de notre petite Unité Pastorale, le nombre d’enterrements a diminué, signe tangible que nos efforts quotidiens en renoncements commencent à porter.
Depuis mars, nous sommes en train d’avancer dans la bonne direction, une éclaircie apparaît dans le tumulte de la tempête.
Puissions-nous demander au Seigneur la grâce de la vision.  Celle de la victoire qui nous attend au bout du chemin.
Puissions-nous demander au Seigneur la grâce de la solidarité, en acceptant de nous oublier.
Raison pour laquelle, dans ces prochains mois nous éviterons, rassemblements, fêtes et voyages … pour sauver des vies !
Puissions-nous demander au Seigneur la grâce de l’Espérance, soit la capacité de savoir qu’au-delà de l’hiver le plus cruel, il n’y a plus l’hiver, mais le printemps et son concert de lumière !
 
A chaque Noël, l’humanité devient meilleure !
 
Bonne fête et courage ! Prenez soin de vous et de vos proches !
 
Avec l’abbé Liévin et François Xavier
Abbé Christian TRICOT, votre curé
 
 
 
 
Chère Amie,
Cher Ami,
 
A l’instant où nous écrivons ces lignes, les Pays-Bas prennent le chemin d’un nouveau confinement, musées, cinémas, commerces, écoles vont fermer.  
On compte près de 10 000 décès.
 
En Belgique les chiffres retrouvent une couleur plus positive, mais on n’est pas encore au bout du tunnel.
Il va falloir maintenir notre effort dans la durée et cela sera difficile.
 
Nos tempéraments veulent bien livrer une courte bataille mais ils renâclent devant la longueur d’un siège.
Inconsciemment, nous aimerions entrer en dialogue avec ce virus et négocier une trêve avec lui, soit pouvoir se rassembler, rouvrir les lieux publics … !
 
Mais non ! Ce dernier, se rit de nos appels, il poursuit sa route destructrice ne tenant compte que de lui-même.
En d’autres termes, nous ne devons pas baisser la garde, aussi longtemps que la majorité de la population n’est pas vaccinée : tel sera l’objectif !
Atteindre ce but demande de prendre des attitudes simples mais exigeantes. 
 
Eviter de se déplacer inutilement, éviter les contacts rapprochés et surtout éviter de se rassembler en des lieux clos.
En d’autres termes, ces efforts et la prudence réalisés au quotidien, non seulement éviteront des décès, mais nous rapprochent de la victoire.
 
Ce sera faire preuve de civisme, ce sera un témoignage missionnaire : savoir s’oublier pour que l’autre puisse vivre !
Puissions-nous demander au Seigneur la grâce de tenir dans la durée, plus nous serons prudents, plus vite nous serons libérés.
Prenez bien soin de vous et des autres !
 
 

Avec les abbés Liévin et François Xavier

Abbé Christian TRICOT, votre curé

 

Edito du 13 décembre
 
 
Chère Amie,
Cher Ami,
Au moment où j’écris ces lignes, je me rends bien compte que mon point de vue est très situé.
Je viens de célébrer une série de funérailles (une à deux par jour depuis une dizaine de jours). 
Ce matin, il s’agissait d’une personne, résidant dans une maison de repos, qui s’est éteinte seule, sans assistance. 
Les règles de cet établissement, ne permettaient pas que la famille soit présente pour l’accompagner en ces derniers instants.
Ce même jour les informations nous apprennent que l’Angleterre commence sa campagne de vaccination. 
Comme si une lueur, commençait à percer le brouillard.
Cependant le nombre de décès reste trop important en Belgique et la courbe des admissions ne diminue que trop lentement dans les hôpitaux.
Une responsable d’une de nos cliniques déclarait ce lundi : « Une étincelle pourrait mettre le feu aux poudres »,
soit un manque de prudence de la population pourrait entraîner une telle surcharge que les hôpitaux ne pourraient plus gérer la situation.
Ayant pris conseil auprès de médecins, d’infirmières, de pharmaciens, il me semble important d’exhorter tout le monde à plus de prudence,
de sens civique et à suivre les injonctions de nos gouvernants et experts. 
Dans l’archipel des Philippines, malheureusement coutumier des épidémies, ils parviennent à juguler rapidement celles-ci par des protocoles bien plus exigeants que les nôtres.
Nous comprenons la colère de beaucoup qui s’expriment par des exigences révoltées, mais, en même temps, si nous acceptons de nous sortir de nos égoïsmes, de nous oublier et de faire des efforts, il est possible que nous puissions reprendre nos activités, plus tôt que prévu.
Lorsque, étudiants, nous étions en blocus, c’est notre courage et notre discipline qui nous ont fait réussir !
Appuyons-nous tous ensemble sur le Seigneur, et il nous donnera SA victoire !
Prenez bien soin de vous et des autres !
Avec les abbés Liévin et François Xavier
Abbé Christian TRICOT, votre curé

 
 
Edito du 03 décembre
 

 

 

Vision, courage, effort : expression de l’Amour

La Vision :
Au moment où ces lignes sont écrites, la courbe des malades accueillis dans les hôpitaux est en baisse, cela constitue une première bonne nouvelle. De plus, la mise au point du vaccin contre la Covid 19 en constitue une seconde. Nous pouvons pronostiquer que, pour le mois de juillet, notre situation redeviendra normale.
Ces éléments nous font percevoir le bout du tunnel.  Un espoir nous est accordé.
Le Courage !
« Qu’est-ce donc que le courage, si ce n’est de se projeter dans l’avenir et de réaliser des efforts (vivre les souffrances) pour atteindre le but ! »
Malgré ces perspectives positives, des sentiments contraires s’expriment autour de nous.
Souvenons-nous, dans un premier temps de l’épidémie, nous avons été envahis par la peur (confinement, arrêt de toutes les activités, masques, gestes barrières).
Ensuite, après plusieurs semaines, nous avons été pris par le découragement et le désengagement (nous avons relâché les mesures de distanciation dans le faux espoir que tout était fini).
Aujourd’hui c’est la colère qui prend le dessus : contestations du pouvoir politique, pétitions, transgressions des règles barrières, manifestations …
Jusqu’où ces attitudes sont-elles évangéliques ?
L’Effort
Si nous faisons l’effort en vue des autres et du but, le nombre de malades et de morts diminuera dans nos hôpitaux et les maisons de repos.
Si nous faisons l’effort en vue des autres et du but, nous verrons chuter la contamination.
Si nous faisons l’effort en vue du but, « nous dirons au monde, que le sacrifice de soi fait partie du chemin du Chrétien, et nous témoignerons »
Si nous faisons l’effort en vue du but, ne pas célébrer Noël, nous rapprochera des premiers chrétiens du livre de l’Apocalypse » (sous les persécutions de Domitien, ils ne pouvaient pas célébrer la messe).
Si nous faisons l’effort en vue du but, la « télé-messe » nous apportera la communion dans le désir, capable de vivre une fraternité en virtuel !
Et je cite un de mes meilleurs amis, qui m’écrivait ces mots :
« Enfin ! Il ne reste que quelques semaines à avoir dur, et risquer maintenant de voir repartir l’épidémie, parce que l’on veut son jouet (repas de Noël, messes célébrations) est immature, car contraire à la solidarité ».
Notre Christianisme c’est la foi dans le courage de la solidarité.
Prenez soin de vous et des autres !
Avec les abbés Liévin et François Xavier
Abbé Christian TRICOT, votre curé